Intrusion profane, dans l'idée du savoir être.


Symbolisme des nombres

L’idée de quantité et sa codification visuelle est vraisemblablement antérieure à l’apparition de l’écriture. Les procédés de comptage se sont développés pour décrire la taille des troupeaux et contrôler leurs évolutions, ou pour établir le calendrier des récoltes et en mesurer l’importance.
Au IVe millénaire avant notre ère, la civilisation mésopotamienne utilisait des boules creuses d’argile contenant des jetons, puis des tablettes de terre cuite munies de marques pour matérialiser les comptages.
Assez vite les hommes ont perçu la valeur symbolique des nombres, cette approche se rapporte à la capacité humaine à interpréter les nombres par analogie, c’est une approche par le sens hors de la fonction de calcul.
La philosophie définit le symbole comme un signe concret,  un élément matériel, gestuel, graphique, phonique, plastique dont la présence permet d'évoquer ou de deviner autre chose que lui-même, ce qui semble en exclure le nombre, qui est une abstraction. Le symbolisme n'en a pas moins exploré les associations mentales issues de cette abstraction. Allez vers la page du "symbolisme des nombres"

Les cinq éléments

On pourrait croire que la pensée philosophique chinoise s'est figée il y a quelques milliers d'années en une forme qui exclut le pouvoir novateur de l'esprit. Cette impression est justifiée par la référence permanente dans tous les écrits qu'ils soient métaphysiques, religieux, littéraires ou scientifiques à trois notions principales :
Le Tao, le Yin-Yang, la règle des cinq éléments.
En fait, ces notions n'appartiennent pas à une philosophie particulière. Elles servent de fondement à des systèmes de pensée originaux, qu'il serait illusoire de prétendre dévoiler par une explication rationnelle.
Pour la plupart, les peuples anciens ne se sont guère préoccupés d'établir pour leur histoire, une chronologie rigoureuse. Les Chinois constituent à cet égard une exception. Ils sont peut-être le seul peuple qui ait pris soin, depuis l'origine de sa tradition, de dater ses annales au moyens d'observations astronomiques précises. En effet, ces annales comportent la description de l'état du ciel au moment où se sont produits les événements dont le souvenir est conservé. On sait ainsi que l'origine de la tradition chinoise remonte à environ 3700 ans avant notre ère. Cela ne veut pas dire qu'il n'y ait rien eu auparavant. Il est probable que ce qui apparaît comme un commencement n'ait été que la continuité d'une tradition antérieure, probablement issue du chamanisme. Allez vers la page des "cinq éléments"